Et si la nouvelle parisienne était parisien? La mode d’ISABEL MARANT incarnait déjà outre-Atlantique le style tant convoité de la néo-parisienne. Pour la première fois (si on met de côté sa livraison masculine, réussie, pour sa collaboration avec H&M), elle propose sa vision de l’homme pour répondre aux demandes répétées des accompagnateurs de sa clientèle en boutique. La créatrice, toujours maligne et dans l’air du temps, a vu juste dans cette période où la notion de genre et les frontières qui la gèrent deviennent de plus en plus floues. Si les femmes peuvent emprunter au vestiaire masculin, l’inverse peut aussi être vrai. Et ce n’est que justice rendue à la mode masculine qui a tant inspiré les parisiennes dans leur rayonnement international.
 

I1

I2

I3