Tentations

E. TAUTZ

 

Injustement associée aux notaires de province bedonnants, la veste croisée mérite qu’on la sorte de son purgatoire. Les initiés, les adeptes du tailoring et les plus audacieux connaissent son pouvoir d’élégance, et n’attendent pas la soixantaine pour porter fièrement ce vêtement qui a su se faire remarquer cette saison sur les podiums. Étonnamment plus décontractée que la version droite en costume, elle s’autorise des solos remarqués et appréciables avec des chinos, des pantalons en velours ou même des jeans. Si vous avez un doute, intéressez-vous au style du Prince Charles (grand adepte de cette pièce et un des hommes les plus élégants au monde) pour achever de vous convaincre. E. TAUTZ, enseigne anglaise historique (fondée en 1867), a su moderniser son esthétique Savile Row et ainsi rendre désirable et accessible ces classiques du vestiaire masculin à l’image parfois désuète.

 

Veste E. TAUTZ, 740 €.

 

www.etautz.com